Hospitalité Notre Dame de Lourdes, Diocèse de Saint-Dié

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil La ville de Lourdes

Histoire de la ville

Index de l'article
Histoire de la ville
Les apparitions
Toutes les pages

Lourdes

Rendez-vous des malades et des croyants du monde entier, Lourdes est si connue que l'on peut se demander s'il reste quelque chose à raconter sur la cité mariale. Tout à la fois pleine de bruit et de recueillement, de tumulte commercial et de prière, la ville offre ce double visage de vieille bourgade bigourdane et de centre mondial de pèlerinage et de tourisme,

La ville dans l'histoire

Contrairement à l'idée parfois admise, Lourdes n'est pas née ex nihilo au milieu du siècle dernier. Sa situation géographique, en effet, qui lui permet de contrôler l'entrée du Lavedan et les relations entre la plaine et la montagne, a très tôt attiré les hommes. Le peuplement préhistorique est attesté par les découvertes archéologiques faites dans la grotte des Espèlugues (silex, pierres taillées, ossements). Comme l'ensemble des Pyrénées occidentales, lourdes fait ensuite partie de la zone des civilisations basco-aquitaines, avant d'accueillir les Romains qui vont fortifier le site. Au VIIIe s. à plusieurs reprises, les Arabo-Berbères, pourchassés par les Carolingiens, viennent se réfugier dans la forteresse. C'est à cette époque que la légende du Sarrasin Mirât (-» encadré) fixe la naissance officielle de la ville.

Bien qu'éloignée de la côte, Lourdes fait connaissance avec les Normands, son histoire ne se distinguant guère de celle du reste de la Gascogne. La guerre de Cent Ans puis les guerres de Religion amènent leurs cortèges de malheurs. Le 8 juin 1573, la cité est saccagée par les troupes huguenotes du baron d'Arros, lieutenant de Jeanne de Navarre.

Au XVIIe s. l'histoire militaire de Lourdes s'achève. Le rattachement de la Bigorre à la France, en 1607, et les progrès de l'artillerie, diminuent l'importance stratégique de la citadelle. Le château doit se résigner à n'être plus qu'une simple prison d'Etat, tenue par une petite garnison.